Sauveteur Secouriste du Travail (SST)
Sauveteur - Secouriste du Travail

down
Public
Le personnel désigné par le(s) responsable(s) de l’entreprise pour participer à la prévention dans l’entreprise et porter secours en cas d’accident.

Durée
La formation Sauveteur Secouriste du Travail consiste en 14 heures réparties en 4 demi-journées de 3h30 soit :
- 10 heures de formation de base
- 2 heures consacrées aux risques spécifiques de l’entreprise
- 2 heures d’examen
Sessions de 4 participants minimum

Intervenant
Les intervenants de SSA sont certifiés par le réseau Assurance maladie risques professionnels et l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents et des maladies professionnelles) en tant que formateur SST.
SSA est habilité sous le numéro 42/2011/SST-1/23 par l'INRS.

Dates et horaires
Les dates et les horaires de la formation sont établis en fonction des disponibilités du client et à convenir au préalable avec SSA.

Lieu de la formation
La formation peut se dérouler dans la salle de réunion de l’entreprise cliente de SSA mis à disposition par l’entreprise cliente ou, si vous n’en disposez pas, chez SSA INGENIERIE CONSEIL FORMATION à la Possession ou dans une salle mise à disposition par nos soins à proximité de votre entreprise.

Moyens techniques et pédagogiques
La formation sera dispensée en utilisant comme support des documents vidéo-projetés sur support Powerpoint couleur ainsi que des films pédagogiques. Ces derniers retracent plusieurs séquences d’accidents (fractures, plaie, asphyxie, brûlure…) et servent ainsi de support à une analyse de comportement.

Le contenu du programme est conforme aux documents de référence élaborés par l'INRS.
(ED 1553 : référentiel pour la formation des SST, ED 4129 : programme de formation, ED 1498 : référentiel technique)

L’intervention s’effectue sur la base d’une formation magistrale dynamique avec :
- Mise en situation sur des mannequins d’entraînement à la réanimation cardio-pulmonaire (adulte, enfant, nourrisson)
- Utilisation du défibrillateur automatique externe programmable en mode semi automatique et en mode entièrement automatique
- Simulation d’accidents avec un kit de simulations de blessures : saignement, brûlures…

Cette formation peut utiliser le matériel suivant :
- Trousse de secours
- Mannequins d’entraînement à la réanimation cardio-pulmonaire (adulte, enfant, nourrisson)
- Masques interchangeables pour les mannequins : 1 masque par stagiaire et par mannequin (Masques désinfectés après chaque session)
- un Défibrillateur Automatisé Externe pédagogique (possédant à la fois les fonctions du Défibrillateur Semi Automatique et celles du Défibrillateur Entièrement Automatique).
- un kit de simulation de blessures (maquillage) : saignement, brûlures…
- Un kit de matériels et outils en carton pour les simulations d’accidents
- Couverture de survie
- « Tête » découpée permettant la visualisation des voies respiratoires
- Gants de protection (latex)
- Protections faciales pour les exercices de bouche à bouche (mesure d’hygiène supplémentaire, pour les cas où les participants le demandent)
Tout le matériel pédagogique est mis à disposition par SSA Ingénierie Conseil Formation.

A la fin de la formation, il est remis à chaque stagiaire :
- 1 livret pratique (aide-mémoire),
- Une attestation individuelle de formation « Sauveteur Secouriste du Travail »
- Une carte individuelle (certificat : voir partie « autres informations ») attestant de la formation « Sauveteur Secouriste du Travail »

Par ailleurs, une attestation collective de formation « Sauveteur Secouriste du Travail » sera transmise à l’entreprise (à son représentant ou à l’organisateur de la formation).

Il est demandé à chaque participant de se munir :
- Du matériel nécessaire à la prise de notes.
- D’une photo d’identité
Il est également demandé à chaque participant de se vêtir de façon à être à l’aise pour les exercices de simulation de secourisme qui seront effectués.

Modalités d'évaluation
Un certificat de sauveteur secouriste du travail sera délivré au candidat qui à participé activement à l’ensemble de la formation et à fait l’objet d’une évaluation continue favorable de la part du ou des formateur.
Les critères d’évaluation utilisés pour cette validation sont ceux définis par l’INRS, dans le référentiel de formation des SST. Ils sont transmis dans un document national nommé « Fiche individuelle de suivi et d’évaluation SST » et utilisés lors de chaque formation.

Néanmoins, lors de la dernière ½ journée de formation, un examen d’une durée de 2 heures peut être administré aux stagiaires. Il consiste en une simulation de secourisme, afférente à n’importe quel module du plan d’intervention.

Un procès-verbal de la formation est ensuite dressé et envoyé par le formateur à la CGSS (une photocopie du PV vous est remise) qui valide ensuite le diplôme individuel de chaque stagiaire.

Le titulaire du certificat de Sauveteur Secouriste du Travail, à jour dans son obligation de formation professionnelle continue est réputé détenir l’unité d’enseignement « Prévention et Secours Civique de niveau 1 (PSC 1) » (anciennement « attestation de formation aux premiers secours (AFPS) », conformément à l’arrêté du 5 décembre 2002 et à l’article 4 de l’arrêté du 24 juillet 2007 fixant le référentiel de compétences de sécurité civile relative à l’unité d’enseignement « Prévention et Secours Civiques de niveau 1 ».

down
Objectif général
Le sauveteur secouriste du travail doit être capable d’intervenir efficacement face à une situation d’accident et, dans le respect de l’organisation de l’entreprise et des procédures spécifiques fixées en matière de prévention, de mettre en application ses compétences au profit de la santé et sécurité au travail.

Objectifs pédagogiques
- Situer le sauvetage secourisme du travail dans la santé et sécurité au travail
- Protéger la(les) victime(s) et les témoins, sans s’exposer soi même aux dangers qui menacent la victime d’un accident et / ou son environnement
- Repérer les dangers dans une situation de travail, les supprimer ou les faire supprimer dans les limites de ses compétences, de son autonomie et dans le respect des procédures spécifiques en prévention.
- Examiner la (les) victime(s)
- Faire alerter ou alerter en fonction de l’organisation des secours dans l’établissement
- Informer son responsable hiérarchique et / ou la (les) personne(s) chargée(s) de prévention de situations dangereuses repérées
- Secourir en effectuant les actions appropriées à l’état de la (des) victime(s), et ainsi empêcher l’aggravation de son (leur) état en attendant l’arrivée des secours spécialisés.
down
I) LE SAUVETAGE-SECOURISME DU TRAVAIL
- Les principaux indicateurs de santé au travail dans l’établissement ou dans la profession.
- Le rôle de sauveteur secouriste du travail.
- Le cadre juridique de l’intervention du SST.
- Présentation du programme : Protéger, de protéger à prévenir, examiner, faire alerter, de faire alerter à informer, secourir.

II) RECHERCHER LES RISQUES PERSISTANTS POUR PROTEGER
- Formation générale à la prévention
- Rendre le SST capable de « protéger » en utilisant les notions développées dans la législation actuelle relative à l’évaluation des risques (code du travail, articles L4121-1 et suivants).

Face à une situation d'accident, le Sauveteur-Secouriste du Travail doit être capable de :
- Connaître l’alerte aux populations.
- Reconnaître, sans s’exposer lui-même, les dangers persistants éventuels qui menacent la victime de l’accident et/ou son environnement.
- Supprimer ou isoler le danger ou soustraire la victime au danger sans s’exposer lui-même.

III) DE « PROTEGER » A « PREVENIR »
Cette séquence met en évidence la similitude des compétences attendues, aussi bien en matière de « protection » (intervention sur une situation d’accident du travail) qu’en matière de « prévention » des accidents du travail ou des maladies professionnelles (intervention sur situation de travail), de la part des SST.
Elle doit permettre la translation de la formation à l’action « protéger » vers l’action « prévenir ».
La mise en application de cette démarche est continue tout au long de la formation et plus particulièrement dans l’exploitation des situations d’accident simulé.

Face à une situation de travail, le Sauveteur-Secouriste du Travail doit être capable de :
- Repérer des dangers dans une situation de travail
- Supprimer ou faire supprimer des dangers dans une situation de travail, dans la limite de son champ de compétence, de son autonomie et dans le respect de l’organisation de l’entreprise et des procédures spécifiques fixées en matière de prévention.

IV) EXAMINER LA VICTIME ET FAIRE ALERTER
Face à une situation d’accident du travail, le Sauveteur-Secouriste du Travail doit être capable de :
- Examiner la (les) victime(s) avant et pour la mise en œuvre de l’action choisie en vue du résultat à obtenir
- Faire alerter, ou alerter en fonction de l’organisation des secours dans l’entreprise.

V) DE « FAIRE ALERTER » A « INFORMER »
Cette séquence est la suite logique de la séquence « de protéger à prévenir ». Elle met également en évidence la similitude des compétences attendues de la part des SST, aussi bien en matière d’alerte des secours en cas d’accident du travail qu’en matière de transmission de l’information dans l’entreprise concernant les observations qu’il aurait pu faire en matière d’identification des dangers et/ou les actions qu’il aurait pu mettre en œuvre, dans le respect de l’organisation de l’entreprise et des procédures spécifiques en matière de prévention.
Elle doit permettre le glissement de la formation à l’action « FAIRE ALERTER » vers l’action « INFORMER ».
La mise en application de cette démarche est continue tout au long de la formation et plus particulièrement dans l’exploitation des mises en situation d’accident simulé.

Face à une situation de travail, le Sauveteur-Secouriste du Travail doit être capable de :
- Informer son responsable hiérarchique et/ou la(les) personne(s) chargée(s) de prévention dans l’entreprise ou l’établissement, de la/des situation(s) dangereuse(s) repérée(s).

VI) SECOURIR
Face à une situation d’accident du travail, le Sauveteur-Secouriste du Travail doit être capable de :
- Effectuer l’action (succession de gestes) appropriée à l’état de la (des) victime(s).

VII) SITUATIONS INHERENTES AUX RISQUES SPECIFIQUES
On appelle risque spécifique, tout risque qui nécessite, de la part du SST, une conduite à tenir complémentaire ou différente de celle enseignée dans sa formation de base. L’avis du médecin du travail, dans ce domaine est particulièrement important.

down
Consultez la réglementation générale en matière de prévention des risques professionnels.

La sécurité et la santé des personnes au travail relève d’une réglementation définie dans son cadre le plus général par l’article L4121-1 :

« L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.
Ces mesures comprennent :
1° Des actions de prévention des risques professionnels ;
2° Des actions d'information et de formation ;
3° La mise en place d'une organisation et de moyens adaptés.
L'employeur veille à l'adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l'amélioration des situations existantes. »

Et (article L4141-2 du Code du Travail) : « (…) Cette formation est répétée périodiquement dans des conditions déterminées par voie réglementaire ou par convention ou accord collectif de travail. »

Concernant le Sauvetage et le Secours aux personnes, l’article R. 4224-15 du Code du travail indique : “un membre du personnel reçoit la formation de secouriste nécessaire pour donner les premiers secours en cas d’urgence dans :
1° Chaque atelier où sont accomplis des travaux dangereux ;
2° Chaque chantier employant vingt travailleurs au moins pendant plus de quinze jours où sont réalisés des travaux dangereux.”
La dangerosité de l’activité est donc un critère suffisant pour rendre obligatoire la présence d’un SST.
Par ailleurs, l’article R4224-16 précise :
« En l'absence d'infirmiers, ou lorsque leur nombre ne permet pas d'assurer une présence permanente, l'employeur prend, après avis du médecin du travail, les mesures nécessaires pour assurer les premiers secours aux accidentés et aux malades. Ces mesures qui sont prises en liaison notamment avec les services de secours d'urgence extérieurs à l'entreprise sont adaptées à la nature des risques.
Ces mesures sont consignées dans un document tenu à la disposition de l'inspecteur du travail. »

L’Institut National de Recherche et de Sécurité et la CRAM Midi-Pyrénées préconisent un secouriste pour 10 salariés et au moins un par équipe.
Leur nombre va dépendre de l’organisation et de la présence des travailleurs.

En résumé, le chef d’entreprise est responsable de l’organisation des secours au travail. L’organisation des secours et le nom des sauveteurs secouristes du travail (qui doivent évidemment avoir été formés à cette fin) autorisés à intervenir sont inscrits dans un document mis à la disposition de l’Inspecteur du Travail.
down
MAINTIEN ET ACTUALISATION DES COMPETENCES DES SST (MAC SST)
Le « MAC » a pour but de maintenir les compétences du SST, définies dans le référentiel de formation, à un niveau au moins équivalent voire supérieur à celui de sa formation initiale, et a lieu tous les 24 mois. Le non respect de ces règles fait perdre la certification SST.
La durée préconisée du recyclage est de 6 heures minimum pour un groupe de 10 personnes. Toutefois, SSA propose de réaliser ce recyclage sur 7 heures afin de réaliser un nombre maximum de cas concrets.